Philippe SOHIER

Le Festival du rire s'ancre à Saint-Nolff

Ouest France - lundi 13 janvier 2003

Le Festival du rire s'ancre à Saint-Nolff Rire aux éclats, c'est une excellente thérapie. Se dilater la rate chasse les humeurs et décrispe les zygomatiques. Les praticiens de l'association Au coin du bois en sont persuadés. Ils invitent le public à en user avec excès, du 28 février au 2 mars, à la Petite Scène à Saint-Nolff, lors de la deuxième édition du Festival du rire.

La première édition avait connu un bon succès, l'an passé. Les organisateurs du Festival du rire à Saint-Nolff ont donc décidé de reconduire l'opération. Du 28 février au 2 mars, la Petite Scène accueillera, au rythme de deux artistes par soirée, une demi-douzaine d'humoristes avérés. Certains, comme Christophe Alévêque et Chraz, ont déjà une notoriété dans le monde du spectacle. Bien que plus neufs dans le métier, Delphine Orleach, Bernard Azimuth, Delphine Zana, Isabelle Gouedart, Éric Bouvron se produisent régulièrement sur scène. Le cru 2003 s'annonce donc exceptionnel.

« Nous souhaitons pérenniser l'événement, précise Philippe Dinaël, président d'Au coin du bois. Et présenter au public du Sud-Bretagne des artistes de qualité, à une période où les festivals ne sont pas légion dans la région. » Pour y arriver, il faut que le public suive. La salle de la Petite Scène dispose de trois cents places. « L'affiche est prometteuse, nous espérons faire salle comble chaque soir. Une entrée à 16 € pour trois heures de spectacle, avec deux artistes différents, ce n'est pas excessif. A terme, le festival de Saint-Nolff pourrait être un lieu de découverte de jeunes talents. »

Philippe Sohier, programmateur et metteur en scène, est bien de cet avis. Sa rencontre avec l'équipe d'Au coin du bois lui a donné envie de s'investir dans l'aventure du Festival. « C'est important de s'éloigner du pôle d'attraction parisien. En province, on crée sereinement. Le public est exigeant avec les artistes, ça passe ou ça casse. Mais il n'y a pas d'hypocrisie. Et ici, les organisateurs ont de l'énergie à revendre. Ils sont motivés et efficaces. »